Biomim‘Expo : Quand la nature inspire l’innovation

Nous remercions Alain Renaudin pour avoir permis ce partenariat entre Biomim’expo et Pure Ocean et grâce à qui nous avons eu la chance d’être présent sur le salon le 22 octobre dernier.

Parlons alors de biomimétisme car nous avons encore beaucoup à apprendre de la nature ! 🌿

Le biomimétisme est un processus consistant à observer ce que fait la nature et s’en inspirer pour tenter de répondre à des problématiques qui se posent dans notre société.
L’idée est de considérer les 3,8 milliards d’années d’évolution comme le plus grand « open lab » du monde. C’est une source inépuisable de génie et d’inspiration en matière de gestion et de production de l’énergie, de fabrication de matériaux, de chimie douce, de recyclage, d’économie circulaire ou d’organisation en vie communautaire.

10 principes sur le vivant à retenir de la table ronde au Biomim’expo qui rassemblait Gilles Boeuf (Président du Conseil Scientifique de l’AFB & également membre du Comité Scientifique de Pure Ocean), Emmanuel Delannoy (Pikaia), Aurélie Pontal (WWF France) et Nathalie Devulder (RTE) :

#1 Le vivant est économe en énergie et en matière
#2 Le vivant ne stocke pas irraisonnablement
#3 Le vivant s’approvisionne en circuit court
#4 Le vivant ne produit pas de déchets et recycle tout
#5 Le vivant récompense la coopération vs la compétition
#6 Le vivant est interconnecté et interdépendant
#7 Le vivant est multifonctionnel
#8 Le vivant fonctionne à l’énergie primaire
#9 Le vivant ne standardise pas, il s’adapte toujours à son environnement
#10 Le vivant favorise la diversité et l’équilibre

De nombreux chercheurs se sont alors inspirés de la nature pour développer des innovations au service de l’environnement et de l’Homme.

Quelques innovations inspirées par les animaux marins

Du poulpe au robot

Des ingénieurs se sont inspirés de la souplesse des tentacules du poulpe pour mettre au point un prototype de bras robotique.
Utilisé lors d’actes chirurgicaux minutieux, ce robot médical peut se plier et se faufiler, permettant aux chirurgiens d’atteindre des zones du corps humain difficiles d’accès, et ce, sans endommager les organes.

Une combinaison en « peau » de requin ?

Le requin est doté d’une peau hérissée de denticules très dures qui créent une fine couche d’eau autours de lui ce qui lui facilite sa glisse dans l’eau. Certaines combinaisons de natation se sont inspirées de la peau de requin pour proposer de meilleures performances aquatiques. La structure de peau de requin est également un modèle pour la conception de revêtements antibactériens.

Le ver arénicole, donneur universel

Le ver arénicole est capable de stocker 50 fois plus d’oxygène dans son sang que le sang humain. Compatible avec tous les groupes sanguins (A, B,AB…), les chercheurs espèrent en faire un jour un donneur universel.

De la nage de l’anguille vers la production d’énergie renouvelable

Dans le secteur de l’énergie, les capacités d’ondulation des anguilles et des raies pour résister aux courants et turbulences sous l’eau ont inspiré la start-up Eel Energy, qui a développé des hydroliennes d’un nouveau genre. Au lieu d’être équipées d’hélices, ces hydroliennes sont des membranes ondulantes qui imitent les poissons pour produire de l’énergie grâce aux courants marins. Le prototype est testé, et un déploiement industriel est prévu à l’horizon 2020.

L’aérodynamisme du manchot

Le manchot : Si le manchot était un véhicule, il pourrait parcourir 1500 km avec un seul litre de carburant ! L’aérodynamique et la manière dont il coordonne ses mouvements ont inspiré le chercheur allemand Rudolf Brannasch qui a réalisé des prototypes de bateaux et sous-marins.