La Shark Week – l’occasion d’en apprendre plus sur les requins – Des populations en déclin

Partout autour du globe, les populations de requins sont en chute libre : ils sont aujourd’hui 70% moins nombreux qu’ils ne l’étaient au pic de gloire des expéditions Cousteau, il y a seulement 50 ans. 1 espèce sur 2 est menacée d’extinction en Méditerranée, et 1 sur 3 en moyenne dans l’océan mondial.

En cause ?
La surpêche ciblée: les ailerons sont très prisés sur les marchés asiatiques pour la préparation de soupes, repas “de luxe” qui se démocratisent aujourd’hui pour des centaines de millions de consommateurs. Si la découpe d’ailerons sur individus vivants (finning) est interdite en Méditerranée, elle est encore largement pratiquée partout ailleurs, y compris dans les eaux européennes.

Les prises accessoires: les individus, notamment parmi les espèces pélagiques, sont piégés par des méthodes de pêches non sélectives. Ils sont alors rejetés morts dans le milieu, ou vendus pour consommation (hormis pour quelques espèces, la loi française l’autorise). Les labels et pêcheries certifiées tendent à limiter cet impact.

La destruction ou dégradation de leur milieu de vie par les activités humaines à l’échelle locale (artificialisation du littoral, chalutage de fonds, etc.) ou globale (changement climatique). Pour exemple, les espèces habitant les récifs coralliens, comme le requin léopard (en photo) dépendent de la bonne santé des coraux, qui sont aujourd’hui directement impactés par le réchauffement des eaux de surface.

Les pressions sont aggravées par la faible capacité de reproduction des requins. La gestation est longue (souvent supérieure à 1 an), peu de petits par portée (2 à 20), et la maturité sexuelle est très tardive (33 ans pour la femelle grand requin blanc !).

#PureOcean #PureOceanFund #PureOceanLovers #Shark #SharkWeek #WeekShark #sharkdiving #sharklove #ocean #oceanlife #oceanview #scubadiving #sealife #sharks #underwater #savesharks #sharklife