S’inspirer de la Nature

Au XVIème siècle Léonard de Vinci écrivait déjà :

« Prenez vos leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur ».

Nous devons nous inspirer de la nature et notamment de l’océan qui est un véritable réservoir, pouvant apporter de nombreuses solutions médicales.

13 prix Nobel de médecine ont été acquis en s’inspirant du milieu océanique et aquatique. 

  • En 1908, Elie Metchnikoff a découvert grâce à l’étoile de mer la phagocytose (principe de défense immunitaire contre les bactéries avec les globules blancs) et est considéré comme le père de l’immunité cellulaire.
  • En 1913, Charles Richet comprend les complications physiques de l’allergie grâce à une méduse.
  • En 1931, Otto von Warburg, quant à lui, a découvert le fonctionnement de l’enzyme respiratoire humaine (hémoglobine) en étudiant la respiration des oursins. Il a également compris avec les oursins que la fécondation se fait par un seul spermatozoïde par ovocyte.
  • En 1963, Andrew Huxley & Alan Hodgkin ont décrit et expliqué le message nerveux grâce à l’axone géant du calamar. Ce long prolongement fibreux du neurone a un très gros diamètre chez le calamar (jusqu’à 1mm), d’où le qualificatif de « géant », en faisant un super modèle biologique. Ainsi, ils ont montré comment les impulsions nerveuses se propagent entre les cellules en mesurant les changements de charges électriques, le long de l’axone.
  • En 2000, Eric Kandel découvre les bases moléculaires de la mémoire grâce à l’étude du système nerveux de la limace de mer. Il a démontré que les interactions entre les cellules nerveuses sont essentielles pour l’apprentissage et la mémoire.
  • En 2001, Thimothy Hunt s’inspire d’une étoile de mer pour identifier les molécules clés impliquées dans le cancer. 
  • Enfin, plus récemment, en 2009, Jack Szostak, Elizabeth Blackburn & Carol Gredier ont obtenu un prix Nobel pour leurs travaux sur le fonctionnement des enzymes télomérases. On connaissait depuis longtemps les « télomères » au bout des chromosomes, protégeant ceux-ci lors des divisions des cellules. Mais, les trouvailles sur les télomérases, qui ont été faites grâce à l’étude d’un minuscule organisme vivant dans les flaques d’eau, permettraient de contrer le vieillissement cellulaire.

Tant d’exemples qui montrent que l’océan peut apporter de nombreuses réponses médicales. 90% des espèces marines sont encore méconnues, découvrons-les, inspirons-nous en et protégeons ces trésors du vivant !